mardi, novembre 24, 2020
Home > Actualités > Journée des communautés et 23 ans de RNDS: Le CDC, une Afrique en miniature

Journée des communautés et 23 ans de RNDS: Le CDC, une Afrique en miniature

Le 1er novembre 2020, le Centre diocésain de communication a fêté les 23 ans d’existence de la Radio Notre Dame du Sahel (RNDS). Une date qui a marqué un triple évènement à savoir la fête de ce media confessionnel, la visite de courtoisie des communautés au Naaba Kiba, roi du Yatenga et la pose de la première pierre d’un centre de recherche.            

Pendant que la paix balbutiait dans certains pays du continent, le CDC donnait une belle leçon d’une Afrique unie, forte, riche de ses cultures diverses le 1er novembre 2020. Si cette date mémorable est connue pour la Toussaint, au CDC, elle consacre aussi, dans ce temple de la communication, le jour anniversaire de la création de la radio.

A l’occasion, la journée des communautés, jumelée à l’évènement, a rassemblé divers peuples du continent. Déjà dans la soirée du 31 octobre 2020, les ressortissants des pays d’Afrique (Benin, Togo, Niger, Mali…) et de d’autres provinces du pays étaient présents aux côtés des hommes de media pour rendre plus solennelle la fête. Toujours dans la ferveur de la journée des communautés, une visite au Naaba Kiba a été effectuée le lendemain dans la matinée.

Les participants et participantes de la fête ont effectué une visite de courtoisie au Naaba Kiba. Un pèlerinage qui marque le désir de protection, de bénédiction de ces communautés pendant leur séjour au Yatenga.

Sur fond de parenté à plaisanterie, l’abbé Victor OUEDRAOGO, Directeur du CDC, qui a conduit la délégation, a imploré la bénédiction de sa majesté, offert un bélier et déclaré à l’illustre maître des lieux qu’il y a « un autre cadeau sous la forme d’une sœur religieuse d’ethnie San ». Hilarité dans le public ! La parenté à plaisanterie autorisant les Mossè (l’ethnie du Naaba) et les Sans à user de paroles déplacées les uns envers les autres sans animosité, ni rancune quelconque.

De la danse au menu

Au marché des communautés, marqué par des stands dressés spécialement pour chaque communauté dans l’enceinte du CDC, il y avait des mets, des tenues, des produits spécifiques. Les festivités du 23 ème anniversaire de la radio ont été marquées aussi par un bal populaire. Il y avait certes les autres pans de la culture que les communautés ont présenté mais la danse était au cœur de la fête.

En cette journée du 1er novembre, l’on a découvert le denké denké Peulh, en passant par la « danse du prince » de la communauté béninoise à la danse tradi-moderne de l’artiste Natou Baswidiga. Avant la prestation de Natou Baswidiga, des artistes de l’underground ont aussi fait des prestations pour mieux se faire connaître. Dans la soirée, l’artiste en guest star Natou Baswidiga faisait une remarquable prestation du côté du maquis « la paix ».

Déjà dans l’après-midi, l’artiste avait fait bonne sensation en soulevant des foules dans l’enceinte du CDC sis au secteur 1 de Ouahigouya où elle a fait un passage éclair. Pour ne rien rater de son passage dans la belle cité de Naaba Kango, les fans avaient devancé la star sur les lieux avant le concert à La Paix.

Un centre pour le dialogue inter-réligieux

Le CDC a inauguré à l’occasion du 23ème anniversaire de la Radio, le Centre pour Dialogue inter-réligieux et de la cohésion sociale (CREDIS). C’est Monseigneur Justin KIENTEGA, Evêque du diocèse de Ouahigouya qui a posé la première pierre de ce centre aux côtés de leaders des autres religions. Chacun d’eux y a posé une brique pour symboliser le désir d’unité et du bon vivre-ensemble entre les peuples et les fidèles de diverses religions.

A l’occasion, Mgr Justin KIENTEGA, Evêque du diocèse de Ouahigouya a posé symboliquement la pierre angulaire de ce projet spécifique au diocèse. Il a souhaité « que chacun de nous soit une pierre dans les chantiers de développement et dans l’avènement d’une paix durable ». Avec ce geste symbolique qui a réuni les leaders de diverses religions, c’est sans aucun doute, les jalons solides d’une paix durable qui vont se construire dans ce centre. L’abbé Victor OUEDRAOGO en a foi lui qui a déclaré dans son discours liminaire que « c’est dans le cœur de chacun de vous que nous voulons construire la paix, le dialogue. C’est avec chacun de vous que nous voulons bâtir ce centre. Mais surtout c’est sur Dieu véritable pierre angulaire sans qui « les bâtisseurs travaillent en vain » que nous voulons bâtir ce centre ». Le futur bâtiment du Centre va coûter 195 572 645 francs CFA. Il sera composé de deux salles de conférence, de six (06) bureaux, une bibliothèque, une salle multimédia, une bibliothèque et enfin des logements dont le financement n’est pas encore acquis.  La fête fut belle et le souhait est que par la grâce de Dieu, les noces se succèdent avec succès aux noces !

Roger SAWADOGO et Ismaël OUEDRAOGO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 21 =