Communication non violente et médiation : Les jeunes PDI et hôtes bénéficient d’un renforcement de capacités

Le 17 septembre 2021 s’est tenu dans la salle de réunions du Centre Diocésain de Communication (CDC) un atelier de formation au profit des jeunes PDI (Personnes Déplacées Internes) et hôtes de la région du Nord. Organisé par le Centre Diocésain de Communication dans le cadre de la mise en œuvre des activités de la coalition 2250, la thématique de cet atelier était la communication non-violente et la médiation.  

La situation sécuritaire du Burkina Faso ces dernières années est mise à rude épreuve par de nombreuses attaques meurtrières dans quelques régions du pays. Cela occasionne des déplacements massifs des populations vers des zones moins menacées. Ces déplacements qui ne sont pas sans conséquences ont des effets visibles aussi bien sur les ressources naturelles qu’économiques disponibles. Ces ressources sont désormais exploités par les populations hôtes et entrainent une pression. Dans certaine localité cette situation est à l’origine de tensions récurrentes. Ce qui entrave la paix et la cohésion sociale au moment où nous en avons le plus besoin.

Pourtant il est important d’y trouver des solutions palliatives afin de prévenir d’éventuels conflits ouverts entre les populations hôtes et déplacées. Il convient de créer des conditions à même de faciliter l’intégration des personnes déplacées. C’est sans doute dans cette optique que s’inscrit la tenue de cet atelier de renforcement de capacités sur la communication non violente et la médiation à l’endroit des leaders PDI et populations hôte.

Il s’agissait au cours de cette journée d’échanger avec les jeunes sur la thématique en question afin de leur permettre entre autre de maîtriser les concepts de la communication non violente et la médiation. En plus d’avoir outillé ces jeunes sur les techniques d’identification des caractéristiques et étapes de la communication non-violente, il a été question lors de ce cadre de leur expliquer le bien-fondé de la médiation. Ils ont donc été exhortés de faire toujours recours à la médiation en cas de conflit.

En rappel, la coalition 2250 est une action pour l’implication des jeunes dans la recherche d’une paix durable dans les trois (03) pays concernés par le terrorisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Au Burkina Faso, cette action est portée par des ONG locales des régions du Nord, du Sahel, de l’Est, du Centre-Est, de l’Ouest, du Centre-Ouest et du Centre.

Anaïs MONE, Chargée de communication

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =