La coexistence pacifique au cœur des échanges entre les jeunes PDI et ceux des populations hôtes

Le Centre Diocésain de Communication (CDC) a organisé le mardi 31 août 2021 une journée de dialogue communautaire entre les jeunes PDI (Personnes Déplacées Internes) et ceux des communautés hôtes. Cette activité qui est en lien avec la coalition 2250 présidé au Burkina par le Directeur du CDC, s’est tenue à Ouahigouya sur le site des déplacés, situé sur la route de Youba. Elle a été financée par l’ONG OXFAM à travers le fond DANIDA.

Sensibiliser les acteurs pour une coexistence pacifique, entre les jeunes des communautés hôtes et déplacées, dans le sens de promouvoir les bonnes pratiques en terme de vivre ensemble, voici l’objectif recherché à travers la mise en œuvre de cette activité. En effet, depuis les violences causées par les attaques des groupes armés terroristes dans notre pays, plusieurs personnes se trouvaient dans l’obligation de fuir leur foyer afin d’y échapper. Estimés à plus d’un million de personnes, ces déplacements vers les zones d’accueils ont occasionné des pressions sur les ressources disponibles exploitées par la population hôte.

Des conflits ouverts liés à cette situation ont déclenché dans certaines zones, effritant ainsi le tissu sociale et le vivre ensemble. En guise de prévention de ces cas de figure, cette activité visait à favoriser un dialogue franc entre les PDI et les communautés hôtes sur les questions de vivre-ensemble et de coexistence pacifique. Une action bien appréciée de l’autorité communale, en témoigne le représentant du Maire de la commune de Ouahigouya M. Samuel NADINGA. Par ailleurs chargé de la mise en œuvre de la politique sociale au niveau de la commune il affirme : « C’est une initiative à saluer à sa juste valeur parce qu’une journée de dialogue consacrée à la paix et à la cohésion sociale est capitale. En ce sens que quoi que l’on dise sans paix, sans cohésion sociale, il n’y a pas de développement. Nous invitons donc le comité d’organisation à multiplier ce genre de journée en faveur d’une autre cible ».

Des moments forts ont marqué cette activité qui s’est déroulé sous forme d’assemblée générale. Il s’agit notamment des échanges à bâton rompu entre les participants, des conseils, des solutions palliatives face à des éventuelles mésententes puis des témoignages. Ce cadre a également favorisé une familiarité entre ces jeunes. Mariata TRAORE jeune fille déplacée interne a dans son intervention invité ses pairs à être des artisans de paix et de tolérance afin de sortir au plus vite de cette situation qui nous affecte tous.

En rappel, la coalition 2250 est une action pour l’implication des jeunes dans la recherche d’une paix durable dans les trois (03) pays concernés par le terrorisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Au Burkina Faso, cette action est portée par des ONG locales des régions du Nord, du Sahel, de l’Est, du Centre-Est, de l’Ouest, du Centre-Ouest et du Centre.

Anaïs MONE, Chargée de communication

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 10 =