Le projet de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (PREVI) est officiellement lancé !

Le jeudi 18 mars 2021, le consortium composé de l’Association Jeunesse pour le Développement du Sahel (AJDS) et le Centre Diocésain de Communication CDC a procédé au lancement du projet de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent (PREVI) dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord, financé par l’Ambassade royale des Pays-Bas. Cet atelier  a  lieu à Ouagadougou sous le patronage du Ministre d’Etat chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, monsieur Zéphirin Diabré.

Combattre l’extrémisme violent au sein de la société, c’est l’un des objectifs clé de ce projet fraichement mis sur pied. Une naissance qui se justifie par le contexte national marqué par les multitudes d’actes de nature terroriste enregistrés dans notre pays.

Le Directeur du CDC, l’Abbé Victor OUEDRAOGO souligne dans son allocution la nécessité de poser des actes pour barrer la voie à la radicalisation et à l’extrémisme violent. « Ces actes longtemps considérés comme d’origine extérieurs sont malheureusement aujourd’hui perpétrés par certains jeunes burkinabés qui se sont laissés enrôlés dans des Groupes Armés Terroristes (GAT) », relève-t-il.La naissance du Projet de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (PREVI) dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord trouve donc tout son sens. PREVI est financé à hauteur d’un million cinquante milles Euro (1 050 000 £) soit Six cents quatre-vingt-huit millions deux cents cinquante milles F CFA (688 250 000 F CFA), pour une durée de trois (03) ans.L’objectif général du PREVI est de contribuer à la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent des jeunes et des femmes dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord du Burkina Faso. De manière pratique, il s’agira entre autre de mettre l’accent sur les actions de sensibilisation et de communication afin de convaincre les jeunes d’éviter au maximum de se laisser entrainer dans les GAT quel qu’en soit le motif. Cela passera aussi par la mise en place des activités génératrices de revenus en faveur des jeunes et des femmes afin de les mettre à l’abri du besoin.

 

La république a besoin de l’ensemble de ses fils pour sa construction.  Aussi, le ministre d’Etat, chargé de la réconciliation nationale, Zéphirin DIABRE a relevé que « la mise en œuvre de la stratégie de prévention de l’extrémisme violent, conduira à des concertations avec tous les acteurs y compris les jeunes victimes de la radicalisation et de l’extrémisme violent, en vue de leur repentir vis-à-vis de leurs actes mais également en vue de leur réhabilitation et réinsertion dans vie communautaire ».

Le partenaire financier du PREVI représenté par le chargé d’affaire et de la mission diplomatique, Monsieur Maarten RUSH s’est réjoui des efforts du gouvernement du Burkina en matière de cohésion sociale. Une volonté affichée qui se traduit par la création d’un ministère en charge de la question. Aussi il a tenu à encourager les deux organisations porteuses du projet à multiplier les efforts pour l’atteinte des objectifs fixés.

Anaïs Moné, Chargée de communication.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =