Approche safe school : Des acteurs éducatifs de la province du Passoré voient leurs capacités renforcées

Le mardi 15 février 2022, dans la salle de conférence de la Direction Provinciale de l’Education Primaire Post-primaire et de l’éducation Non Formel (DPEPPNF) de la province du Passoré, a eu lieu la cérémonie d’ouverture d’un atelier de renforcement de capacité en Approche « Safe School ». Prévue pour trois (03) jours, l’ouverture de cette session de formation au profit des enseignants, moniteurs et leaders communautaires, a été présidée par le Haut-Commissaire de ladite province. Elle intervient dans la mise en œuvre du Projet « Pluriannuel de Résilience et de l’éducation sans délai » (PPR) financé par l’UNICEF.

De nos jours, le Burkina Faso fait face à une crise sécuritaire qui touche presque toutes les couches sociales et le système éducatif n’est pas épargné. Vue cette situation, le Centre Diocésain de Communication en collaboration avec UNICEF met en oeuvre le Projet Pluriannuel de l’éducation sans délai (PPR) dans les provinces du Passoré et du Zondoma. Ce projet visent à offrir aux enfants de ces localités, un accès à un format d’éducation qui assure une continuité éducative de qualité, dans le respect des normes sécuritaires, sanitaires, organisationnelles et pédagogiques instituées par le gouvernement pour les enfants de 3 à 17 ans vulnérables ou en situation d’urgence.

Il est nécessaire donc que les acteurs éducatifs soient outillés et dotés  de connaissances pour mieux affronter des situations de danger et être plus résilients. C’est dans ce même ordre d’idée que  l’objectif de ladite formation était de renforcer les compétences des acteurs éducatifs sur la stratégie « Safe School » et sur la matérialisation de sa mise en place et le suivi des plans de préparations dans les écoles avec des exercices de simulation de crise.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, le chargé des projets et programme monsieur Aristide KOURAOGO a manifesté sa satisfaction pour la tenue de l’activité. Il ajoutait à cet effet que : « cet atelier intervient dans une période ou le système éducatif a besoin de plus de soutien des acteurs. Donc cet atelier de formation renforcera la capacité des enseignants, sur les conduites à tenir en de telles situation afin de mieux éduquer les enfants récupérés ».

Quant à Monsieur le haut-commissaire Issiaka SEGDA, au sortir de la cérémonie d’ouverture à témoigner sa reconnaissance à l’UNICEF et au Centre Diocésain de Communication pour la tenue de cet atelier dans la province du Passoré tout  en adressant un message fort aux participants en ces termes : « Nous invitons tous les participants à bien s’approprier du contenu de la formation et surtout de bien assimiler les modules car ils seront les principaux acteurs de sa mise en œuvre dans leurs différents milieux afin de contribuer au bonheur des enfants récupérés et au bonheur des familles désespérées ».

T. Edwige Michelle OUEDRAOGO, Stagiaire.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 ⁄ 4 =