Appui psychosocial : Le projet PREVI solidaire avec les femmes déplacées internes

Le Réseau des Clubs d’Ecoute et de Dialogue (RECED)  a organisé  le Samedi 26 juin 2021, une journée de parenté à plaisanterie dans le village de Bogoré. En marge de cette journée, le Projet de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (PREVI) a imprimé une marque de solidarité en faveur des  femmes déplacées internes de la localité.  Au nombre de cinq (05), ces dernières ont bénéficié chacune d’un kit composé de complets de pagnes, de bassines, de carton de savon et d’une enveloppe d’argent.

La parenté à plaisanterie est une pratique sociale qui s’exerce entre individus, groupes et communautés ethnolinguistiques pour promouvoir la fraternité, la solidarité et la convivialité. Elle prend la forme d’un jeu entre deux personnes de deux communautés. Cette parenté résulte souvent d’un pacte ancestral interdisant les conflits ou les guerres entre les communautés en question, et implique que ses membres doivent s’aimer et se porter mutuellement assistance si nécessaire.

Cet instrument de maintien de la paix et de la cohésion sociale, le Réseau des Clubs d’Ecoute et de Dialogue (RECED) travaille à le promouvoir chaque année, et ce depuis 2019 à travers une journée dédiée à la parenté à plaisanterie. Cela se matérialise par plusieurs activités qu’il organise à l’occasion, notamment des compétions de courses cyclistes, des jeux de sociétés, des repas communautaires etc. Cette année, la tradition a été respectée et c’est le village de Bogoré qui a accueilli l’évènement. Dans une belle ambiance, les ressortissants des villages de Ramsa et de Bogoré ont festoyé sous le message clé du bon vivre-ensemble.

A côté de cette journée, le Projet de Prévention de la Radicalisation et de l’Extrémisme Violent (PREVI) s’est montré solidaire envers les personnes déplacées internes. Ces personnes qui se sont séparées de tout (origine, terre natale, patrimoine etc) par les contraintes liées à l’insécurité ont trouvé refuge dans des villages hôtes. Afin de leur apporté du réconfort dans cette dure épreuve, cinq (05) femmes déplacées internes ont bénéficié d’un kit composé de neuf (09) complets de pagnes, (02) bassines, un carton de savon et une somme de 25 000 F CFA. Cette activité s’inscrit dans le cadre de l’appui psychosocial contenu dans le projet PREVI afin de soutenir moralement les personnes touchées par la crise sécuritaire.

En rappel, le projet PREVI est financé par l’Ambassade des Pays Bas au Burkina Faso et mis en œuvre par le consortium AJDS et CDC par ailleurs chef de file, dans 16 communes des régions du Nord, du Centre-Nord et du Sahel. Il a une durée de trois (03) ans.

Anaïs Moné, Chargée de communication

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 × 13 =