Gestion des conflits : Les imams s’imprègnent des mécanismes

Une quarantaine d’imams, de maîtres coraniques, d’arabisants ont participé le 19 juin 2021 à un atelier de mobilisation de leaders religieux sur « médiation et gestion des conflits » dans la grande salle de réunion du Centre diocésain de communication (CDC) dans l’ex bâtiment de OLVIDO à Ouahigouya. C’est en tant que composante de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) que la Communauté Tidjania du Burkina section Nord a bénéficié du financement de cette initiative locale de paix auprès du projet de Promotion du dialogue inter-religieux et du vivre-ensemble (Prodive). Sous le leadership du Cheikh Sidi Moctar Maïga, les leaders religieux venus des quatre coins de la région du Nord se sont familiarisés avec les notions de « conflits », de « prévention de conflits », de « facilitation », de « médiation ».

A la cérémonie d’ouverture des travaux, l’exemple d’un dialogue inter-religieux était déjà donné avec la présence à la tribune de chrétiens et musulmans. Dans son speech liminaire, Aristide KOURAOGO, Chargé des projets et programmes et représentant l’abbé Victor OUEDRAOGO Directeur du Centre diocésain de communication (CDC), a salué la forte présence des participants. Pour lui cette mobilisation témoigne de l’importance qu’accordent ces leaders pour la problématique de la paix. Aussi a-t-il invité les leaders à accorder de l’importance à cette rencontre car les leaders religieux, précisément les imams, gèrent au quotidien des questions de conflits et la présente rencontre est une aubaine qu’il faut saisir pour s’outiller. Cheikh Moctar MAIGA a remercié les responsables du projet pour le « choix fait à ce projet, parmi tant d’autres sans tenir compte des divergences religieuses ».

Pour le Communicateur du jour, le prédicateur et chercheur Mohamed Bachir OUEDRAOGO, les objectifs spécifiques visés par le présent atelier à savoir, identifier les causes profondes et subjacentes des conflits, utiliser les outils techniques mis à leur disposition pour résoudre les conflits, ont été atteints. « Les simulations faîtes à l’issue de mon exposé ont prouvé que les participants ont assimilé les notions développées. J’ai fini avec le sentiment que nous avons plutôt partagé les connaissances. Ce fut une séance d’échanges de connaissances », a-t-il lancé à la fin des travaux.

D’une durée totale de deux ans, #Pro-dive est porté par un consortuim dont le chef de file est l’Union fraternelle des Croyants de Dori (#UFC-Dori), accompagné du Centre diocésain de communication de #Ouahigouya (CDC) de Ouahigouya et de l’Association pour le développement des communautés villageoises (ADCV). Il couvre trois (03) régions à savoir le #Sahel, le Nord et l’Est et est financé par le royaume des #Pays-Bas. Des réinvestissements (partages d’expériences avec la base) sont attendus de ces leaders religieux qui sont retournés chez eux avec un sentiment global de satisfaction.

Roger SAWADOGO, Communicateur Nord/ Pro-dive.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 6 =