Fraternité humaine et paix : Des leaders religieux, coutumiers et communautaires se penchent sur la question

Le lundi 28 février 2022, dans les locaux du Centre Diocésain de Communication (CDC) de Ouahigouya, s’est tenu un atelier de concertation et de formation des leaders religieux, coutumiers et communautaires sur le thème « Fraternité humaine, dialogue interreligieux, prévention des conflits et consolidation de la paix ». Cet atelier entre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de « Prévention des Conflits, de Renforcement du Dialogue Intercommunautaire et de Résilience socio-économique des communautés des régions du Nord et du Centre-Nord du Burkina Faso » (PREDIRE). Ce projet est appuyé par le projet de Promotion des Droits Humains de la Paix et de la Cohésion Sociale (PDHPCS) sur financement de l’Ambassade Royale du Danemark.

Ces dernières années, le Burkina Faso est confronté à une crise sécuritaire sans précédent. Dans les régions du Nord et du Centre-Nord les séries de violences sont légions, et impactent négativement le quotidien des populations. En effet, ces violences dont la responsabilité est attribuée à des groupes minoritaires, ont créé une fracture sociale entre les communautés. Visiblement les valeurs de paix, de cohésion sociale, de vivre-ensemble et de dialogue interreligieux sont en phase d’être mises au second plan.

Pour changer la donne et prévenir le phénomène, le Projet PREDIRE a réuni les leaders religieux, coutumiers et communautaires des régions du Nord et du Centre-Nord autour d’un atelier. L’objectif de la dite activité était de sensibiliser les participants sur leurs rôles dans la promotion de la fraternité humaine, le dialogue interreligieux, la consolidation de la paix, la prévention des conflits. Le chargé du projet Aristide KOURAOGO, a ajouté que : «  Nous voulons aujourd’hui à travers cet atelier faire le premier pas et engager les réflexions sur les principes fondamentaux de la fraternité humaine. Tout au long de cet projet des actions seront menées dans ce sens ».

Le paneliste Abbé Honoré Nabons-Wendé SAVADOGO, dans son exposé a fait recours aux saintes écritures, en prenant l’exemple du prophète « Jonas » dans la Bible, et «Yunus» dans le Coran. Il s’explique en ces termes : « Par ce prophète la complémentarité qui existe entre les religions se perçoit clairement. Toutes les religions sont condamnées à vivre ensemble car nous sommes tous des hommes, nous avons été créés par le même créateur, nous vivons de la même vie et nous mourrons de la même mort. Quelle que soit la religion, quelle que soit la communauté, nous sommes tous enfants de Dieu et Dieu s’occupe de tout le monde ».

Les participants dans les différentes interventions ont été unanimes sur le fait que pour une paix durable, il est nécessaire pour les Hommes de cultiver la tolérance et l’acception de la religion d’autrui. Devant en principe commencer par eux-mêmes, le chef coutumier de Guiri-Guiri, Naba-Koom a affirmé que : « Je nous souhaite à tous, d’être les premiers acteurs de la paix en mettant en pratique les bagages nécessaires acquis lors du présent atelier».

Anaïs MONE, Chargée de Communication.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 10 =