Projet PPR : Les acteurs évaluent les actions du trimestre écoulé

Un trimestre déjà que le Projet Pluriannuel de Résilience et de l’éducation sans délai (PPR), est mis en œuvre dans les provinces du Zondoma et du Passoré. Pour s’assurer l’état d’avancement des actions du projet, une partie de l’équipe de mise en œuvre s’est rendue du 14 au 17 mars 2022 à Gourcy et à Yako. Cette sortie visait à rencontrer les acteurs impliqués dans la mise en œuvre des activités sur le terrain afin d’évaluer les acquis au cours du trimestre écoulé puis receuillir les suggestions et recommandations en vue d’une meilleure planification des actions du trimestre à venir.

Ce sont principalement les Directions provinciales en charge de l’enseignement post primaire et secondaire, de l’enseignement préscolaire primaire et non formel, de l’action humanitaire puis quelques écoles  qui ont reçu la visite des missionnaires. De manière générale, le système éducatif dans les provinces concernées est affecté par la crise sécuritaire. L’on dénombre dans la province du Zondoma environ sept (07) écoles fermées affectant plus de 2500 élèves ; dans celle du Passoré deux (02) écoles fermées affectant plus de 500 élèves. Pour pallier cette situation la majeure partie de ces enfants sont acceptés systématiquement dans les écoles des localités où la sécurité est plus ou moins stable. C’est le cas des écoles primaires du secteur 1 de Gourcy, l’école de Tanglohin, et le CEG de Rogo dans la province du Zondoma . Ces écoles accueillent plus de 70 élèves déplacés internes (EDI). Quant à la province du Passoré environ une centaine d’EDI sont accueillis dans les écoles du secteur  2, Pelgtanga A et B, et Yako mixte A. Les écoles ci-dessus citées sont celles qui ont reçu la visite des acteurs du projet.

Les élèves déplacés internes reprennent le chemin de l’école

Les EDI font face à pas mal de difficultés pour poursuivre normalement leurs études. Ce qui contraint beaucoup d’enfants à l’abandon des cours. Ces difficultés sont principalement liées au traumatisme, au manque de tuteurs, de logement, et de restauration. Le  Projet Pluriannuel de résilience et de l’éducation sans délai (PPR), dans ses actions du trimestre a contribué à soulager ces enfants à travers l’apport en compléments alimentaires, la prise en charge psychosociale, puis la scolarisation de certains élèves. Quand au trimestre à venir le projet entend ajouter à cela une prise en charge alimentaire en assurant l’abonnement des EDI à la cantine scolaire, ce pour le reste de l’année. Aussi, pour les élèves en classe d’examen le projet compte apporter un appui financier pour des cours de soutien et de mise à niveau afin de garantir la reussite de ces élèves. La prise en charge psychosociale, sera mise en œuvre de concert avec les responsables des directions provinciales en charge de l’action humanitaire du Zondoma et du Passoré. Les enfants en situation de traumatisme et de vulnérabilité avancé seront les principales cibles bénéficiaires de cette action.

Elèves et enseignants ont des connaissances en “safe school”

Au cours du trimestre écoulé, les acteurs éducatifs ont été outillés sur l’approche «Safe School». Il était question lors de cette formation de renforcer les capacités des participants sur la matérialisation, la mise en place et le suivi des plans de préparations dans les écoles avec des exercices de simulation de crise à l’appui. En entretien avec quelques enseignants qui ont pris part à la formation, le constat est satisfaisant. En effet, de manière générale la restitution est effective auprès des autres collègues de l’école puis les exercices de simulation appliqués dans les classes avec les élèves. Ce qui est un point positif à relever car enseignants et élèves sont désormais munis de bons reflexes sur les comportements à adopter en cas de danger ou d’invasion dans leurs écoles.

De l’amélioration de l’environnement scolaire

Dans la mise en œuvre du projet il est prévu la réhabilitation des salles de classes afin d’offrir aux enfants des cadres agréables et propices à l’apprentissage. De plus, dans certaines écoles au regard des effectifs pléthoriques, des Espaces Temporaire d’Apprentissage (ETA) sont en construction pour désengorger les salles de classe. Pour ce trimestre, l’état d’avancement des travaux sur ce volet est acceptable.

Aux termes de cette sortie, l’équipe a estimé que de manière générale, le bilan de réalisation des actions prévues pour ce trimestre est satisfaisant. Cependant des efforts restent à fournir pour maintenir le cap. Pour y parvenir, les suggestions des différentes parties prenantes seront prises en compte dans la planification du prochain trimestre.  

Anaïs MONE, Chargée de communication.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 14 =