Le projet PREDIRE renforce les capacités de 100 jeunes et femmes PDI et CED en entreprenariat

Du 19 au 28 juillet 2022, des jeunes et femmes issues des Clubs d’Ecoute et de Dialogue (CED) et des Personnes Déplacées Internes (PDI) ont bénéficié d’une session de formation en entreprenariat et en cohésion sociale. Cette activité intervient dans le cadre du projet de prévention des conflits, de Renforcement du Dialogue Intercommunautaire et de Résilience socioéconomique  des communautés des Régions du Nord et du Centre-Nord du Burkina Faso (PREDIRE). Ce projet est mis en œuvre par le Centre Diocésain de Communication (CDC) et est financé par l’Ambassade de Danemark au Burkina Faso à travers le fonds Danida pour la société civile.

Face à la détérioration croissante de la situation sécuritaire et la montée de la violence intercommunautaire dans les zones d’intervention du projet, les populations sont appelées à accroitre leur résilience à travers des prises d’initiatives pour la cohésion sociale et la stabilité économique. Dans cette optique, le CDC et ses partenaires engagés avec ces populations ambitionnent à travers cette session de formation amener les jeunes et les femmes à avoir un esprit d’entreprenariat et de bonnes pratiques en matière de préservation de la paix et de la cohésion sociale pour faciliter la cohabitation entre les populations hôtes et les personnes déplacées internes.

Pour plus d’efficacité et dans le souci de faciliter la compréhension des participants, il s’est tenu deux (02) sessions qui ont réuni 50 membres chacune. Chaque session a duré quatre jours et les modules dispensés étaient identiques. En ce qui concerne l’entreprenariat, ce sont entre autre des modules portant sur l’esprit d’entreprise, la gestion simplifiée d’entreprise et l’inclusion financière qui ont été développés par le facilitateur, avec des travaux de groupes et des restitutions en plénière.

Le contenu de ses modules a été d’une grande importance pour les participants qui estiment que les connaissances acquises leur seront utile. C’est ce dont témoignent les propos de Mme Wenddila Ouédraogo qui affirme en ces termes : « Je vendais des gâteaux et j’ai donné mon activité en exemple pour remplir le cahier de dépenses. Je me suis rendue compte que je fonctionnais la plupart du temps à perte. Mais avec les nouvelles stratégies apprises ici je sais maintenant comment m’y prendre pour éviter les pertes et faire fructifier mon activité ».

Entreprendre est certe une meilleure résolution pour atteindre l’autonomie financière. Cependant un climat paisible est nécessaire pour favoriser la prospérité de cette initiative. C’est dans ce sens qu’un autre volet du présent atelier a concerné les bonnes pratiques en matière de promotion de la cohésion sociale et de la coexistence pacifique. Selon le chargé de projet de PREDIRE M. Aristide KOURAOGO : « A travers cette activité nous aspirons à ce que les jeunes et les femmes vulnérables issues des communautés hôtes et PDI améliorent leurs conditions de vie, soient plus résilient à l’extrémisme violent et surtout travaillent à être des acteurs de paix auprès de leur pair ».

De manière générale, les participants sortent satisfaits de cette session de formation car pour beaucoup ils ont découvert de meilleures stratégies qui leur seront bénéfiques. Aussi ils sortent convaincu du fait qu’ils n’ont pas besoins de grands moyens pour commencer une activité. Mlle Hafissatou nous a confié qu’elle retourne chez elle déjà avec une idée d’entreprise mais elle n’y compte pas mettre de grand moyen pour commencer, car elle réalise après ce qu’elle a appris ici cela est possible.

A la fin de la formation, des attestations de participation ont été délivrées aux participants.

Anaïs Moné, chargée de communication.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =