Projet PPR : Des enseignants, parents d’élèves et leaders communautaires formés sur l’approche « Safe school »

Du 23 au 26 novembre 2021, le Centre Diocésain de communication dans le cadre de la mise en œuvre du projet a organisé un atelier de renforcement de capacité en Approche « safe school » dans la province du Zondoma. Sous la présidence du Haut-commissaire de ladite province, cet atelier était au profit des enseignants, parents d’élèves et leaders communautaires. Il intervient dans la mise en œuvre du Projet Pluriannuel de Résilience et de l’éducation sans délai (PPR) financé par l’UNICEF.

L’approche « safe school » ou école sûre (sécurisée) est une solution palliative ambitionnant de rendre les environnements scolaires plus sécurisés. Les activités du projet Pluriannuel de Résilience et de l’éducation sans délai (PPR) sont essentiellement basées sur cette approche. De ce fait, il est nécessaire que les acteurs s’approprient de l’approche en question pour contribuer à l’atteinte des objectifs du projet.

C’est ce qui explique la tenue de cet atelier de formation. Le chargé de projet Séni SANFO, ajoute à cet effet que : « on peut dire que cet atelier intervient dans une période ou des écoles frontalières de la province ont reçu la visite des hommes armés non identifiés contraignant les enseignants à fermer les classes. Cet atelier donc vise à préparer psychologiquement les enseignants, leur doter de connaissances sur les conduites à tenir en de telles situation et aussi leur permettre d’être davantage résilient».

Cette initiative a mérité l’attention des autorités administratives de la province, en occurrence le Haut-commissaire, Mme Abibata Bamouni / Traoré. Elle a en ces termes, marqué sa satisfaction vis-à-vis des objectifs du projet en général et des activités qui y seront mis en œuvre en particulier : « à travers les objectifs fixés par le projet, cet atelier est le bienvenu car il contribuera à donner un “coup de pouce” afin que nos écoles soient plus résilientes pour faire face au défis sécuritaire qui se présente à nous. Le fonctionnement de ces écoles est fragilisé et de telles initiatives permettront d’assurer une éducation de qualité aux enfants selon les normes pédagogiques requises».

Trois (03) jours durant, les participants ont été outillés entre autre sur des stratégies à mettre en œuvre en cas de danger dans les écoles, sur la mise en place et le suivi des plans de préparation dans les écoles. Cela s’est matérialisé par des exercices de simulation de crise. Aussi, des activités de prises en charge psychosociale ont été menées sur place (jeu du ballon, du parapluie, le saut dans le vent etc……..). Ces activités selon les formateurs permettent d’exprimer des sentiments et des émotions face à une situation donnée. C’était l’occasion aussi pour les jeunes leaders, participants à l’atelier de voir leur capacité renforcer pour mieux influencer les politiques publiques dans la prise de decisions.

Madame Haut-commissaire au sortir de la cérémonie d’ouverture de l’atelier a lancé un message fort aux participants. En effet, elle a invité ces derniers à s’approprier pleinement du contenu du projet et à surtout bien assimiler les modules car ils seront les principaux acteurs de mis en œuvre.

Anais MONE, Chargée de communication.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =