Résilience des communautés face à l’insécurité : Les OSC du Yatenga plaident auprès des autorités locales

Le Centre Diocésain de Communication (CDC) a organisé le 07 juin 2021 un atelier de plaidoyer auprès des autorités de la province du Yatenga, dans la salle de conférences du Conseil régional du Nord. Placé sous la présidence de Mme le Haut- commissaire de la province Madame Aminata TARNAGDA,  cet atelier a connu la participation des députés de la région du Nord, les élus locaux, les préfets, les FDS, les leaders coutumiers et religieux. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Renforcer la Résilience des Communautés frontalières face aux Conflits et à la Violence Armée dans le Liptako-Gourma » par le Groupe Danois de Déminage (DDG) et financé par l’Union Européenne à travers son instrument contribuant à la stabilité et à la paix.

Depuis 2015, l’espace du Liptako-Gourma se caractérise par un accroissement constant de la violence armée et une expansion de l’insécurité. Cette insécurité a plongé de nombreux ménages dans une situation d’extrême vulnérabilité, qui se traduit entre autres par des difficultés d’accès aux champs et aux marchés, la destruction des stocks de culture ou encore le vol ou l’extermination du bétail lors des attaques contre les villages et bien d’autres situations déplorables.

Sensible à cette situation plus que préoccupante des populations frontalières, le Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC), a mis en place une Plateforme collaborative de plaidoyer rassemblant des Organisations de la Sociétés Civiles (OSC) du Yatenga pour porter la voix des communautés frontalières aux institutions locales et/ou régionales. Le Centre Diocésain de Communication (CDC) s’est engagé pour conduire cette plateforme dans la province du Yatenga, avec d’autres Organisations de la Sociétés Civiles (OSC) membres, dont la vision commune est de contribuer à la protection des populations vulnérables face à la crise sécuritaire.

A cet effet, avec les représentants des populations en occurrence les Comités de Protection Communautaires (CPC) et les Clubs d’Ecoute et de Dialogue (CED) les besoins des communautés frontalières face à l’insécurité ont été identifiés. Ces besoins formulés sous forme de message ont fait l’objet du plaidoyer auprès des autorités présentes.

Le premier message a porté sur l’implication de tous pour le retour à la paix à travers l’insertion de thématiques sur le retour de la paix dans les cadres de concertation provinciaux, départementaux, et communaux; puis d’une ligne dans les budgets communaux pour soutenir les initiatives communautaires de paix. Aussi, il a été demandé aux Maires d’initier des rencontres de planification avec les partenaires intervenants dans la commune à chaque début d’année.

Quant aux leaders religieux, les OSC ont plaidé pour le renforcement des prêches sur la paix et les valeurs du vivre ensemble, en incitant les différentes religions à se visiter mutuellement lors des fêtes. Le second message a concerné la vulgarisation des opportunités économiques en particulier pour les jeunes à travers des outils de communication adéquats comme la radio.

Les autorités présentes, ont souligné la pertinence de cette initiative, puis encouragé les OSC membre de la plateforme à continuer de les accompagner dans la quête de la paix au Burkina Faso. Mme le Haut-commissaire quant à elle à affirmer avoir pris note et s’est engagées avec ses collaborateurs présents à prendre en compte les différentes sollicitations.

Anaïs MONE, Chargée de communication

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 − 12 =